À Ouagadougou, le chef de la junte nigérienne remercie le capitaine Traoré pour son soutien

MADAR/Nouakchott/Le 25-11-2023

Le général nigérien Abdourahamane Tiani est arrivé au Burkina Faso jeudi après-midi. Accueilli par le capitaine Ibrahim Traoré à sa descente d’avion, les deux chefs d’État se sont entretenus au palais présidentiel.

Cette première visite du président de la junte nigérienne du CNSP au Burkina Faso a été l’occasion pour les deux dirigeants d’évoquer la menace jihadiste au Sahel, en Afrique de l’Ouest et particulièrement dans la zone dite des « trois frontières », zone de jonction entre le Mali, le Faso et le Niger.

Ils ont réaffirmé leur engagement à unir leur force pour combattre le fléau du terrorisme dans la sous-région.

Après Bamako, c’est en début de soirée que le général Tiani a atterri à Ouagadougou. Après un tête à tête entre avec son hôte le capitaine Traoré, le chef de l’État nigérien a exprimé les remerciements et gratitude de son gouvernement et de sa nation envers le Burkina Faso, pour ses « soutiens multiples et multiformes », qui ont permis au Niger de « résister » face aux menaces de la Cédéao. « Et d’éviter que le pays soit un champ de bataille ».

Le président Abdourahamane Tiani a salué la naissance de l’Alliance des États du Sahel, permettant au Niger, au Mali et au Faso de faire front commun « face à tout agresseur ». Au-delà de la défense et la sécurité, le général Tiani souhaite que cette alliance soit le fer de lance du développement socio-économique, de ce qu’il nomme leur « terre promise » qu’est le Sahel, zone de pleines potentialités.

Le président Traoré a réaffirmé la solidarité du Burkina Faso au peuple nigérien, face aux « sanctions inhumaines » de la Cédéao et de l’Uemoa. Dans une semaine, se tiendra la première réunion des ministres des Finances et des Affaires étrangères de l’Alliance des États du Sahel.

RFI Afrique

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img