Aziz Jaid, Economiste Bureau de la CEA en Afrique du Nord : « La Mauritanie bénéficie d’un intérêt particulier »

MADAR/Nouakchott/Le 11-10-2023

En votre qualité d’expert de la Commission Economique pour l’Afrique-CEA(Bureau Afrique du Nord)chargé de superviser l’atelier de formation à l’intention du secteur privé mauritanien prévu à Nouakchott en partenariat avec le Ministère du commerce, pouvez-vous nous édifier sur cet événement et ses objectifs?

Le Bureau de la CEA en Afrique du Nord organise, conjointement avec l’Institut Africain de Développement Economique et de Planification (IDEP) et en partenariat avec le Ministère mauritanien du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme et la Corporation Internationale Islamique du Financement du Commerce (ITFC), un atelier de formation sur les modalités pratiques d’exportation dans le cadre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) au bénéfice du secteur privé mauritanien.

L’atelier vise à informer et préparer le secteur privé et particulièrement les PMEs mauritaniennes aux bonnes pratiques d’exportations dans le cadre de la ZLECAf. Les opérateurs privés seront outillés pour maitriser les modalités pratiques d’exportations (modalités de délivrance des certificats d’origine, Schéma de Libéralisation Economiques adopté…)

L’atelier aura lieu à l’Hôtel Azalai (Nouakchott) à du 16 au 20 octobre 2023 et verra la participation de représentants du secteur privé national ; de la Chambre du Commerce, d’Industrie, d’Artisanat et d’Agriculture ; des représentants des Ministères du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme ; des Finances ; des Pêches et de l’Economie maritime ; de l’Agriculture et de l’Equipement et des Transports ainsi que de la Banque centrale, de la Douane et de la Société civile.

Parmi les objectifs de la CEA il y a la promotion de l’économie.

Quelles sont les actions déjà réalisés dans ce cadre par le Bureau d’Afrique du Nord au profit de la Mauritanie?

La Mauritanie bénéficie d’un intérêt particulier de la part du Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord qui collabore étroitement avec les autorités du pays pour les accompagner dans la conception et la mise en œuvre de ces politiques publiques. Cet appui concerne un grand éventail de domaines dont le domaine fiscal, les statistiques, le commerce international, mais aussi l’économie solidaire ou encore les actions menées dans le cadre de l’appui régional de la CEA aux pays du Sahel.

Dans le domaine des politiques commerciales et de la mise en œuvre de la ZLECAf, la CEA a fourni une assistance technique à la Mauritanie pour élaborer sa stratégie nationale de mise en œuvre de l’accord de la ZLECAf. La stratégie a été validée lors d’un atelier national avec la participation de représentants du secteur privé.

En relation avec la question du lien entre la paix, la sécurité et le développement au Sahel et pour éclairer la prise de décision en matière de développement durable, la CEA a élaboré la vision prospective Sahel 2043 et une étude prospective pour le Sahel dont la Mauritanie. Ce plan stratégique à long terme contribue à éclairer les plans et programmes nationaux de développement des pays du Sahel visant à promouvoir une croissance et une prospérité inclusives. Ces documents stratégiques visent également à éclairer les interventions des entités des Nations Unies dans les pays du Sahel, dont la Mauritanie.

Et tout récemment, dans le domaine fiscal, le Bureau a organisé deux ateliers en Mauritanie. Le premier a lieu du 9 au 13 octobre sur les modèles de conventions de double imposition et le second , prévu en décembre, portera sur les prix de transfert.

Et qu’en est-il de l’intégration économique dans le cadre de la ZLECAf?

Quelles sont les avancées après la mise en œuvre du marché commun?

Comme vous le savez, l’Accord est entré en vigueur le 30 mai 2019 pour les 24 pays ayant déposé leurs instruments de ratification à cette date.La phase opérationnelle de la ZLECAf a été lancée lors de la 12e session extraordinaire de l’Assemblée de l’Union Africaine sur la ZLECAf à Niamey, au Niger, le 7 juillet 2019. Les échanges commerciaux dans le cadre de l’accord de la ZLECAfont commencé le 1er janvier 2021. Nous sommes donc dans la phase de mise en œuvre del’accord pour que les opérateurs économiques, privés en particulier, puissent bénéficier de ces avantages et commercer.

C’est dans ce cadre que, le 7 octobre 2022, le Secrétariat de la ZLECAf a lancé l’Initiative commerciale guidée de la ZLECAf à Accra pour permettre le démarrage d’échanges commercialement significatifs, Réservée dans un premier temps à huit pays pilotes, cette initiative est utilisée pour piloter l’environnement politique opérationnel, institutionnel, juridique et commercial dans le cadre de la ZLECAf.

L’atelier que le Bureau de la CEA organise cette semaine à Nouakchott est parfaitement aligné avec cet objectif d’accompagner les pays signataires pour la mise en œuvre effective de la ZLECAf, et ce à travers le renforcement du savoir et des compétences de représentants du secteur privé et des administrations nationales impliquées.

A la veille de la tenue du Haut Comité d’experts (Afrique du Nord/Afrique de l’Ouest) quelles sont les priorités et les perspectives de l’agenda du Bureau de la CEA en Afrique du Nord?

En effet, la trente-huitième réunion du Comité intergouvernemental de hauts fonctionnaires et d’experts pour l’Afrique du Nord et la vingt-sixième réunion du Comité intergouvernemental de hauts fonctionnaires et d’experts pour l’Afrique de l’Ouest se tiendront conjointement à Accra (Ghana) du 1er au 3 novembre 2023 sous le thème «Investir dans la transition énergétique, la sécurité alimentaire et les chaînes de valeur régionales en vue de développement durable en Afrique du Nord et de l’Ouest».

L’objectif principal de cette réunion conjointe est d’examiner les moyens de relever les défis alimentaires et énergétiques auxquels font face les pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest et d’explorer les possibilités de développement de chaînes de valeur en réponse à ces défis. Compte tenu des effets multiplicateurs de la sécurité alimentaire et énergétique sur l’ensemble des 17 Objectifs de développement durable (ODD), il sera essentiel de traiter ces questions dans le cadre des efforts visant à assurer la pleine mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Les participants examineront également les rapports d’activité et les résultats des deux bureaux sous-régionaux, passeront en revue leurs futurs programmes de travail et affineront leurs orientations stratégiques conformément aux priorités de développement des pays d’Afrique du Nord et d’Afrique de l’Ouest et à la réalisation des objectifs de développement durable.

Propos recueillis Par Bakari Gueye

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img