Coopération Mauritano-Américaine dans le domaine de l’énergie propre

MADAR/Nouakchott/Le 06-12-2023

La Mauritanie semble bien décidée à booster le secteur des énergies renouvelables qui jouit de plus en plus d’une attention particulière.

C’est dans ce cadre que le ministre du Pétrole, des Mines et de l’Energie, M. Nany Ould Chrougha, et le secrétaire adjoint américain à l’Énergie, David Turk, ont signé, lundi, à Dubaï, aux Emirats arabes unis, un mémorandum d’entente historique sur la coopération dans le domaine des énergies propres.

Ce protocole d’accord facilitera la coopération sur l’introduction de technologies d’énergie propre en Mauritanie afin de contribuer à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre et à stimuler le développement économique.

Après la signature de l’accord, le ministre a tenu une réunion avec la partie américaine, en présence du directeur général de la SNIM, pour discuter des mesures pratiques à prendre pour mettre en œuvre le protocole d’accord, notamment en ce qui concerne l’exploitation de l’acier.

La première phase de la mise en œuvre du protocole d’accord visera à permettre à la Mauritanie de conserver le minerai de fer – qui est principalement exporté pour la production d’acier à forte intensité de carbone dans d’autres pays – et de se lancer dans sa propre production nationale d’acier « vert » ou sans carbone, en passant au plus haut niveau des chaînes de valeur au monde.

L’acheminement de cette énergie vers les marchés internationaux sous la forme de biens à forte intensité énergétique, tels que l’acier ou l’ammoniac, peut contribuer à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre dans certains secteurs difficiles à nettoyer, tout en favorisant un développement économique national transformateur et en réduisant la pauvreté énergétique du pays.

A l’occasion de la signature, le ministre a déclaré : « La Mauritanie est déterminée à pousser l’industrie sidérurgique vers les industries en aval, en s’appuyant sur la technologie du National Renewable Energy Laboratory (NREL) du Département américain de l’Energie et sur la longue et riche expérience de la SNEM, dont le PDG est avec nous aujourd’hui pour assister à la signature».

« Le déploiement rapide de technologies d’énergie propre à l’échelle internationale est essentiel pour faire face à la crise climatique, et la Mauritanie dispose d’un énorme potentiel de production d’électricité à faible coût et à zéro émission grâce à ses vastes ressources éoliennes et solaires de classe mondiale », a déclaré le secrétaire adjoint américain à l’Énergie, David Türk.

Dans le cadre du protocole d’accord, la collaboration à un stade précoce permettra au National Renewable Energy Laboratory (NREL) des États-Unis et aux entreprises de soutien d’évaluer le potentiel technique et économique de la production d’acier sans carbone en Mauritanie.

L’analyse en laboratoire du NREL se concentrera sur la possibilité de convertir le minerai de fer mauritanien en acier à l’aide d’une nouvelle technologie d’électrolyse à l’oxyde fondu développée avec le soutien du ministère américain de l’Énergie.

Grâce à l’électricité produite par l’exploitation des ressources éoliennes et solaires de la Mauritanie, toutes les émissions de dioxyde de carbone provenant de la conversion du minerai de fer mauritanien en acier devraient être éliminées.

Les deux parties signataires ont exprimé leur satisfaction pour le début de leur coopération à ce haut niveau dans le domaine de l’énergie propre, et se réjouissent de réaliser l’abondant potentiel de coopération future dans d’autres projets énergétiques et miniers.

La Mauritanie dispose de ressources éoliennes et solaires de classe mondiale sur un vaste territoire capable d’accueillir des centrales électriques situées près de la côte atlantique, renforçant ainsi sa capacité à produire de l’électricité renouvelable à grande échelle à un coût relativement faible.

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img