Gaza : «Empêcher l’acheminement de l’aide peut constituer un crime», estime le procureur de la CPI

MADAR/Nouakchott/Le 30-10-2023

Karim Khan s’est rendu au poste-frontière de Rafah, où s’entasse l’aide internationale à destination des civils palestiniens. Hier, plus de 30 camions d’aide humanitaire ont pu entrer dans l’enclave, a annoncé l’ONU.

«Empêcher l’acheminement de l’aide peut constituer un crime», a déclaré hier le procureur de la Cour pénale internationale, la CPI, Karim Khan, après s’être rendu au poste-frontière de Rafah, reliant l’Egypte à Gaza, où s’entasse l’aide internationale à destination des civils palestiniens.

« Israël doit s’assurer sans délai que les civils reçoivent de la nourriture, des médicaments », a dit Karim Khan.

Trente-trois camions d’aide humanitaire sont entrés à Gaza dimanche via le point de passage de Rafah à la frontière avec l’Egypte, indique le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA). Il s’agit du convoi le plus important à pénétrer dans le territoire palestinien assiégé depuis la reprise limitée de l’acheminement de l’aide humanitaire, le 21 octobre, a précisé l’agence onusienne.

«Bien que cette augmentation soit bienvenue, un volume d’aide beaucoup plus important est nécessaire sur une base régulière afin d’éviter une nouvelle détérioration de la situation humanitaire désastreuse, y compris des troubles civils», précise OCHA dans son rapport quotidien sur la guerre.

«L’entrée de toute urgence de carburant pour faire fonctionner les équipements médicaux et les installations d’eau et d’assainissement est particulièrement nécessaire», poursuit le rapport. Israël a bloqué toutes les livraisons de carburant, affirmant que le Hamas en profiterait pour fabriquer des armes et des explosifs.

Le Temps avec AFP

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img