La dissolution du GGSR actée par le Parlement

La disparition du Groupement Général de la Sécurité Routière (GGSR), les fameux « Messgharou » ne va plus tarder. L’Assemblée nationale s’est penchée sur la question hier et a adopté le projet de loi n° 23-028, qui prévoit l’intégration du Groupement général de la Sécurité Routière (GGSR) dans la Police nationale.

Cette intégration à la police nationale s’explique pour des raisons d’efficacité a expliqué le ministre de l’intérieur qui a déploré le chevauchement des responsabilités entre les deux corps.
Il a ajouté que le projet de loi propose la fusion des deux forces de sécurité, à condition que cela se fasse selon deux axes, le premier est lié aux dispositions relatives au transfert des personnes, des moyens et des tâches du GGSR à la police, et l’autre est lié au principe qui devrait régir les modalités de cette intégration, à savoir le respect des droits acquis dans le domaine de la hiérarchie et en matière d’avancement dans le grade et la fonction en attendant de fixer par décret les dispositions régissant la répartition des éléments du GGSR au sein des différents corps de la police avec leur grade dans ces corps.

Au ministère de l’intérieur on tient à la réussite de cette opération et plusieurs commissions s’occupent du dossier.
Au niveau de l’Assemblée nationale, cette fusion est bien accueillie et le gouvernement est sollicité pour mettre la main à la poche pour disponibiliser les moyens nécessaires afin que la police nationale puisse mener à bien sa mission.

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img