Le commissaire aux Droits de l’Homme présideune réunion avec une délégation américaine du même domaine

MADAR/Nouakchott/Le 02-11-2023

Une délégation américaine des droits de l’homme en visite d’amitié en Mauritanie, a rencontré le commissaire aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile ce mercredi à Nouakchott.

Cette rencontre a été l’occasion pour la délégation de passer en revue les progrès réalisés dans divers domaines des droits de l’homme en Mauritanie. Mais aussi la lutte contre la traite des êtres humains, les pratiques esclavagistes et la question de l’accès à l’état civil.

Dans un mot prononcé, le commissaire a mis en exergue les efforts du gouvernement pour faire appliquer, publier et diffuser les lois, ainsi que le rôle central joué par les organisations de la société civile dans le domaine de la sensibilisation et de l’éducation. Il aussi évoqué les mesures prises par le gouvernement pour rapprocher les services d’enregistrement au Registre national de la Population. Avant d’ajouter que le droit à l’identité est l’un des fondements des droits civils auxquels un certain nombre d’autres droits sont liés, notamment celui de l’éducation.

Quant aux membres de la délégation américaine des droits de l’homme, ils ont remercié le commissaire et à travers lui le gouvernement mauritanien pour l’accueil chaleureux, appréciant hautement les efforts déployés par les pouvoirs publics pour promouvoir et protéger les droits et libertés. Notamment la lutte contre l’esclavage, leur volonté d’accompagner ces efforts. Ils ont en outre, souligné les progrès économiques que le pays a connus ces dernières années, qui selon eux, constituent un levier et une opportunité pour améliorer le niveau de vie des victimes de violations des droits de l’homme.

Pour rappel cette visite d’amitié dans le pays est la deuxième du genre dont l’objectif est de constater les progrès enregistrés dans les domaines de la santé et de l’éducation. Mais aussi de mettre l’accent sur la politique d’ouverture et de dialogue que le gouvernement poursuit avec les organisations de défense des droits humains depuis le début du mandat du Président de la République.

Fatimata Deh

 

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img