Mali : le Jnim revendique des attaques contre l’armée à Niafunké et Goundam

MADAR/Nouakchott/Le 26-11-2023

RFI Afrique – Au Mali, le Jnim revendique des attaques contre l’armée à Niafunké et Goundam, dans la région de Tombouctou.

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jnim), lié à al-Qaïda, a livré, ce samedi 25 novembre, dans un communiqué, des précisions sur les deux opérations menées, vendredi 24 novembre, contre deux camps militaires des Forces armées maliennes (Fama) qui ont fait plusieurs dizaines de morts. L’armée malienne assure avoir fini par repousser les assaillants.

Le Jnim revendique « une attaque à grande échelle. » Le camp militaire malien de Niafunké a d’abord été frappé par un véhicule kamikaze. Les jihadistes affirment avoir ensuite « pris le contrôle du camp ».

Le Jnim avance un bilan de plusieurs dizaines de soldats maliens tués et deux faits prisonniers. Cinq voitures, des armes lourdes et des équipements militaires auraient également été pillés. Le Jnim a diffusé des images exhibant ce butin.

Simultanément, le groupe jihadiste revendique avoir tiré des obus de mortier 120 mm contre le camp militaire de Goundam, dans la même région de Tombouctou.

Des sources locales évoquent un bilan approximatif d’une cinquantaine de soldats maliens tués à Niafunké. Aucune information sur les conséquences des tirs à Goundam n’a été fournie. Sollicitée par RFI, l’armée malienne n’a pas souhaité apporter de précisions ni de bilan.

Dans un communiqué lapidaire de deux phrases, diffusé vendredi 24 novembre, en fin d’après-midi, l’état-major malien reconnaît avoir subi des « tirs d’obus » à Niafunké et à Goundam.

Après avoir « tenté d’occuper en vain ces emprises », affirme encore l’armée malienne, les assaillants auraient été « repoussés » et « mis en déroute. »

Par : David Baché

 

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img