Mali : vers un administration publique intégrée

Nouakchott/Madar/ 27-10-2023

Le premier ministre Choguel Kokala Maïga, a présidé ce jeudi 26 octobre, le lancement de la deuxième phase de l’opération d’identification des agents des fonctions publiques de l’État et des collectivités territoriales. C’était à Ségou, dans la région du centre du Mali.

Le gouvernement malien entend « de réduire la fraude dans la gestion des ressources humaines ; de réaliser des économies d’échelles sur le budget national et de disposer d’un outil d’aide à la décision en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences » selon le premier ministre Choguel Kokala Maïga.

C’est ce à quoi répond le lancement de cette phase d’identification des agents de la fonction publique et des collectivités territoriales. Cela est une suite du recensement des agents, avec une mise à jour des registres du personnel de l’État et des collectivités locales en utilisant les données biométriques provenant du Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC).

Un recensement qui a vu la la création et l’expansion du logiciel sur le système intégré de gestion des ressources humaines (SIGRH) ainsi que de ses outils de surveillance et l’identification.

A termes, l’identification bouclera le processus par l’intégration des données biométriques des agents dans le logiciel-SIGRH « conçu et développé par des informaticiens de l’administration malienne, financé exclusivement par le budget national ; et dont la base des données ainsi constituée sera hébergée et sécurisée au Mali », a indiqué Ibrahim Ikassa Maïga, ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions.

« Cette phase d’identification des agents des deux fonctions publiques se déroulera sur toute l’étendue du territoire national, y compris les missions diplomatiques et consulaires », informe le premier ministre.

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img