Ministre sénégalais : Sonoko non seulement s’est rebellé, mais a également exigé la destitution du président

MADAR/Nouakchott/Le -04-02-2024

Le ministre du Commerce et de la Consommation et porte-parole officiel du gouvernement sénégalais, Abdou Karim Fofana, a déclaré : « Sonko, l’opposant sénégalais, a non seulement appelé à la rébellion, mais a également appelé à la destitution du président, a appelé les jeunes à sacrifier leur vie, et encouragé la violence politique. »
Fofana a ajouté dans un communiqué de presse que Sononko ne « s’est pas arrêté aux appels verbaux à la rébellion », mais que ses partisans – à notre connaissance, selon les enquêtes – ont commis des actes de violence sur le terrain, vandalisé les biens d’autrui et affronté les forces de sécurité, et 40 Sénégalais ont été tués au cours de tous ces événements.
Dans un autre contexte, Fofana a déclaré que son pays constitue une exception démocratique en Afrique, notant que l’adhésion attendue des pays exportateurs de gaz leur assurera une position forte dans des secteurs économiques plus modernes.
Fofana a ajouté que le président Macky Sall, premier président de l’histoire du Sénégal, ne brigue pas un troisième mandat, et qu’il est aussi le seul président à organiser des élections sans y participer, ce qui montre selon lui l’ampleur de l’exception du Sénégal et de la grandeur de sa démocratie, a-t-il déclaré.
Le président sénégalais Macky Sall a annoncé, samedi après-midi, le report des élections présidentielles prévues le 25 février, sans en annoncer de date.
Hier, le bureau de l’Assemblée nationale sénégalaise a approuvé un projet de loi soumis par les représentants du Parti démocratique sénégalais visant à reporter les élections présidentielles de 2024.
Le Parti démocratique sénégalais, dit « Parti Wade », a appelé les autorités sénégalaises à reporter les élections présidentielles prévues le 25 février, après que son candidat, Karim Wade, ait été exclu de sa candidature.

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img