Nouakchott : la dixième édition du Concours international de plaidoirie dans le domaine des droits de l’Homme

Madar/Nouakchott/22-12-2023

Dans l’objectif de mettre en lumière certaines nombreuses questions méconnues telles que : la violence à l’égard des femmes dans le monde, certaines questions relatives aux minorités, la liberté d’expression, la liberté de la presse, la torture et le terrorisme. », est organisé ce jeudi à Nouakchott la dixième édition du concours international des plaidoiries sur les droits de l’homme. Cette rencontre organisée par l’Ordre national des avocats, l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix et leurs partenaires, sous l’égide du ministère de la Justice, a réuni plusieurs participants de plusieurs pays à cette édition.

A cet les participant présenteront des exposés et plaidoiries devant le jury du concours mais aussi exposeront la question des droits de l’homme. Ce dernier, constitut par consensus des nations, l’outil le plus important pour mesurer les progrès des systèmes de gouvernance et leur capacité à établir la démocratie et un moyen pour le peuple de se gouverner lui-même. Notamment comme la garantie pour la consolidation de l’état de droit et la promotion de la pratique démocratique.

C’est dans cette optique que le secrétaire général du ministère de la justice, a expliqué que les questions liées aux droits de l’homme à l’heure actuelle est d’une grande importance dans le programme étatique. Avant de souligner que ce programme va assurer l’indépendance de la justice en prévoyant les conditions qui font de cette indépendance une réalité tangible, pour assurer la protection des droits et libertés des citoyens. Du fait du rôle important joué par la justice dans la consolidation de l’état de droit, l’édification de la nation et le renforcement de la démocratie. Il a ajouté qu’il a donné ses instructions pour éliminer tous les obstacles qui entravent l’accès des citoyens à ces services, en particulier ceux liés aux droits fondamentaux, dont le plus important est l’égalité devant la justice.

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats, a affirmé que le choix de la Mauritanie pour abriter cet événement juridique majeur reflète la reconnaissance, l’ouverture et la stabilité qui caractérisent ce pays. Il a ajouté que la présence de défenseurs des droits de l’homme du monde entier en Mauritanie reflète également les valeurs d’une société qui repose sur des principes communs, notant que la Mauritanie occupe une place de choix, au carrefour de l’islam arabo-africain et européen, dont les contributions ont façonné notre droit contemporain.

De son côté, la Présidente de l’Institut International des Droits de l’Homme et de la Paix, a remercié les organisateurs de cet événement, notant que le Concours International des Plaidoiries en matière de Droits de l’Homme est un événement très important.

Dans le même contexte, l’ambassadeur de France, a déclaré : « Ce concours de plaidoiries a permis de mettre en lumière certaines des nombreuses questions méconnues.

A noter que l’organisation de ce concours intervient après que le département du ministère de la justice ait développé des mécanismes pour mettre en œuvre la stratégie nationale d’accès à la justice. Dont l’action vise à rapprocher géographiquement le dispositif judiciaire des justiciables en réformant l’organisation judiciaire, et en le rapprochant culturellement, en sensibilisant aux droits et aux devoirs y afférents.

L’ouverture de cette édition a vu la participation du Commissaire adjoint aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, ainsi que d’un certain nombre de cadres du secteur de la justice.

Fatimata DEH

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img