Nouakchott : Le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle préside le lancement du programme de formation dans plusieurs domaines

Madar/Nouakchott/03-04-2024

2.000 jeunes sont le nombre des bénéficiaires d’une formation professionnelle hommes et femmes dans plusieurs domaines dont les activités ont été lancés ce mardi à Nouakchott. La formation va dérouler sur une période de sept mois dans les locaux des écoles de formation professionnelles de Nouakchott.

Supervisée par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle en compagnie du ministre de l’Éducation nationale et de la Réforme du système éducatif et la ministre de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Famille, cette formation est financée par le Fonds de formation technique et professionnelle. Et ce pour couvrir les domaines du bâtiment et des travaux publics, de l’agriculture, de l’élevage, de l’industrie, de l’artisanat, des services, ainsi que certains métiers destinés aux femmes.

A cet effet, la ministre de l’emploi et de la formation professionnelle a affirmé que la formation professionnelle occupe une place prépondérante dans le programme du Président de la République du fait qu’elle est considérée comme la pierre angulaire de tout développement global et de toute croissance économique. Ajoutant que le secteur de l’emploi et de la formation professionnelle a œuvré au cours des quatre dernières années à améliorer la gouvernance de la formation technique et professionnelle, et à en accroître l’accès mettant l’accent sur la qualité, ce qui a conduit à des résultats tangibles. Avant de passer en revue les résultats obtenus au cours des dernières années, notamment la mise en place de trois établissements de formation professionnelle. Et ce, spécialisés dans les domaines des mines et du pétrole, du gaz, de la construction, des travaux publics et des technologies de l’information et de la communication, dotés d’une capacité importante. En plus d’une formation de 27 000 jeunes et la réhabilitation de 24 467 autres qui ont bénéficié à diverses wilayas et ont inclus tous les secteurs économiques, ainsi que la mise en place d’une cellule pour l’École de formation technique et professionnelle d’Akjoujt. Elle a rappelé ce qui a été réalisé pour les jeunes en matière de formation, de recyclage, de réhabilitation et d’emploi, soulignant que les efforts du secteur se poursuivent, Incha Allah, pour réaliser davantage d’acquis.

Selon le directeur de l’École de Formation Industrielle Technique et Professionnelle, le lancement du programme de formation de 2.000 jeunes s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Président de la République. Avant d’ajouter que le programme de formation incarne la dynamique positive que connaît le secteur en rassemblant les bailleurs de fonds et les partenaires et en les incitant à contribuer aux questions essentielles du secteur. Et ce, notamment la construction d’institutions modèles, la fourniture des équipements nécessaires et la formation des deux composantes pour s’assurer que la formation est compatible avec les exigences du marché du travail et la réduction du chômage. Soulignant que l’École d’enseignement technique et de formation professionnelle a été historiquement le principal pourvoyeur en techniciens et cadres de la Société nationale industrielle et minière (SNIM) et des autres sociétés minières. Et ce, depuis le milieu des années soixante du siècle dernier et qu’Aujourd’hui, elle représente plus de 60% du système de formation professionnelle en termes d’espace, de personnel enseignant, de capacité d’absorption et d’expérience cumulée. En concluant par passer en revue les différents problèmes et difficultés auxquels l’école est confrontée.

La rencontre a vu la participation du président de l’Union nationale du patronat mauritanien, du secrétaire général du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et de plusieurs cadres du département.

Fatimata DEH

 

 

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img