Nouakchott : l’Introduction de l’enseignement des langues nationales dans les écoles de formation des instituteurs ce Mardi à Nouakchott

Madar/Nouakchott/09-01-2024

Ce mardi, dans les cinq établissements nationaux de formation des enseignants ont débuté l’opération d’introduction de l’enseignement des langues nationales dans le programme de formation des écoles normales des instituteurs (ENI).

A cet effet, le ministère de l’enseignement a adopté une approche consistant à enseigner le pulaar dans les wilayas des deux Hodhs, de l’Assaba, du Gorgol, du Brakna et du Taguant, en tant que la langue nationale la plus couramment utilisée, tandis que le Soninké sera enseigné au Guidimakha et le Wolf dans la wilaya du Trarza.

C’est dans cette optique le ministre de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif, a effectué une visite de terrain et dans les classes d’enseignement de ces langues à l’ENI de Nouakchott.  A cet effet, il a encouragé les futurs instituteurs à accorder une attention particulière à ces langues en tant que matières essentielles et non secondaires.  « Ces langues permettent la coexistence fraternelle et la communication entre les composantes d’un même peuple et la consolidation de la cohésion nationale » a-t-il affirmé avant d’appeler les formateurs à redoubler d’efforts pour rehausser le niveau des élèves-enseignants, qui deviendront enseignants de l’enseignement fondamental, tout en adoptant une méthodologie éducative qui s’appuie à la fois sur la quantité et la qualité du rendement éducatif. Il a ajouté que cette introduction se déroule d’une manière synchronisée dans les cinq écoles normales des instituteurs, expliquant que l’accent a été mis sur les instituteurs en tant qu’éducateurs et porteurs de mission, et qu’il est normal qu’ils connaissent une langue autre que la langue maternelle pour communiquer avec les élèves, leurs parents et leurs correspondants. « Cette expérience est très importante pour les élèves – enseignants, qui doivent être pleinement conscients et œuvrer pour sortir avec un niveau qui leur permet de faire passer leur message et de s’adresser à la communauté qui les entoure a-t-il conclu.

Certains responsables du département ainsi que le secrétaire général du ministère, du directeur de l’ENI étaient présent au cours de cette visite de terrain.

Fatimata DEH

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img