Ould Mansour : Le mouvement « Pour la Patrie » n’est pas une initiative momentanée et pourrait se transformer en parti politique

MADAR/Nouakchott/Le -01-02-2024

L’ancien chef du parti Rassemblement national pour la réforme et le développement « Tawasoul » et l’actuel chef du mouvement « Pour la nation », Mohamed Jemil Mansour, a déclaré que le nouveau mouvement politique n’est pas une initiative qui a une position politique momentanée liée à un événement électoral seulement, mais il s’agit plutôt d’un projet politique étendu dans le temps et dans l’espace propositionnel, soulignant qu’il peut se transformer en parti politique au moment où les conditions appropriées seront réunies pour cela.
Ces affirmations ont été faîtes lors de son discours à la cérémonie de lancement des activités du Mouvement pour la Patrie, mardi.
Ould Mansour a confirmé que l’assemblée constituante du mouvement a exprimé sa position politique en faveur du président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani lors des prochaines élections présidentielles.
Jemil Mansour a ajouté que le nouveau mouvement ne signifie pas les personnes, les éléments ou les groupes qui composent le mouvement, mais plutôt une approche qui s’appuie sur de nouveaux éléments, basés sur des expériences antérieures, de chacun des membres du groupe.
Ould Mansour a souligné que le nouveau mouvement est un projet politique porteur d’une vision pour la patrie, comme il l’a dit.
Samedi dernier, à Nouakchott, a été annoncée la création d’un nouveau mouvement politique baptisé « Pour la patrie », dirigé par l’ancien président du parti Rassemblement national pour la réforme et le développement « Tawasoul », Mohamed Jemil Mansour.
Il s’agit notamment du mouvement politique naissant, dont la création est intervenue quelques mois après de nombreux retraits constatés au niveau du parti Tawasoul, affilié aux Frères musulmans en Mauritanie ; Plusieurs personnalités des mouvements de gauche et arabes, dont l’ancien ministre Mohamed Val Belal, l’avocat Mouammar Mohamed Salem, et l’inspecteur Memou Al-Kharash, ainsi que le professeur d’université et chargé de mission au ministère de la Culture, Cheikh Moaz Ould Sidi Abdallah, l’ancien représentant du parti Tawasoul Ould Chein, le journaliste Cheikh Bakay et d’autres personnes connues.

 

 

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img