Quelques ministres organisent un point de presse après la tenue du conseil des ministres à Nouakchott

Madar/Nouakchott/21-12-2023

Après la tenue du conseil des ministres ce mercredi à Nouakchott, sous la présidence du président de la république, certains membres du gouvernement ont commenté les résultats dudit conseils. Il s’agit du ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Mines, porte-parole du Gouvernement, le ministre de l’Economie et du Développement durable, le ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme, le ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports, et des Relations avec le Parlement et le Commissaire aux Droits de l’homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile.

Le Porte-parole du Gouvernement dans son allocution a indiqué que le conseil des ministres a examiné et adopté plusieurs projets de loi, de décrets et communication, dont deux projets de loi portant ratification de deux conventions de prêt signés le 21 octobre 2023 à Nouakchott entre la Mauritanie et la Banque Islamique de Développement. Ces conventions sont destinées au financement de la création d’établissements régionaux d’enseignement supérieur en Mauritanie. Un projet de loi portant ratification de l’accord de prêt signé le 29 novembre 2023 entre la République Islamique de Mauritanie et le Fonds Africain Pour le Développement (FAD), alloué au financement d’un projet d’appui à la gouvernance des institutions publiques. Un projet de loi relatif à la communication audiovisuelle, un projet de décret relatif à la digitalisation des procédures de passation, de contrôle et de régulation des marchés publics. Mais aussi un projet de décret portant sur le statut particulier des corps du contrôle économique et les missions dévolues à la filière du contrôle économique,

De son côté, le ministre de l’Économie et du Développement durable a expliqué que les deux conventions de prêt signées avec la Banque islamique de Développement concernent le financement d’établissements d’enseignement supérieur, qui s’inscrivent dans le cadre des orientations du gouvernement dans le domaine de l’appui à la décentralisation de l’enseignement supérieur au niveau national. La première composante du premier projet concerne la création d’une école nationale de médecine vétérinaire à Néma comprenant diverses spécialités en la matière, et la mise en place d’une école supérieure d’Agronomie à Kaédi composée de six départements, toutes entièrement équipées. La seconde composante concerne le développement des capacités institutionnelles dans le domaine des technologies en nouant des partenariats techniques avec l’Institut agronomique et vétérinaire Hassen II, cela englobera, entre autres, la formation et le renforcement des capacités des personnels et l’amélioration des programmes d’enseignement des deux institutions. Au sujet de la convention signée avec la Banque africaine de Développement, le ministre a souligné que ce projet ambitionne l’appui à la gouvernance des institutions publiques, en particulier le ministère des Finances, afin d’assurer une meilleure gestion des finances publiques et d’en prévenir les risques.

Pour sa part, le ministre du Commerce a indiqué que le décret portant sur le statut particulier des corps du contrôle économique et les missions dévolues à la filière du contrôle économique et les dispositions générales concernant cette filière. Ces missions concernent principalement, la réglementation d’une concurrence saine, l’encadrement des acteurs économiques, la protection des intérêts du consommateur au plan économique.

Quant au ministre de la Culture, il a précisé que l’objectif des modifications apportées à la loi portant sur la communication audiovisuelle, est d’améliorer l’état de celle-ci afin d’y atteindre les normes internationales, surtout dans ses aspects relatifs aux exigences technologiques, sociales, et humaines. Et ce, compte tenu des avancées technologiques d’une part, et des conventions ratifiées par le pays d’autre part. Il a passé en revue les insuffisances constatées dans la loi initiale et les améliorations apportées par le projet de loi, lesquelles concernent 29 articles de ladite loi. Réagissant par rapport à une question sur l’apport du Festival des Cités du Patrimoine, il a indiqué que celui-ci comprend une composante économique, soulignant qu’au cours de la dernière édition de Oualata, 17 secteurs gouvernementaux ont intervenu dans cette cité. Ces interventions, dit-il, ont concerné, l’éducation, l’hydraulique, la santé, l’agriculture, les télécommunications, les routes et d’autres activités sociales et de jeunesse.

Pour le commissaire aux Droits de l’homme, il a expliqué que le conseil des ministres a ratifié la stratégie nationale de promotion des Organisations non gouvernementales et des organisations associatives opérant dans le domaine du développement. Il a ajouté que ladite stratégie a été conçue par le Commissariat suivant une approche participative englobant les différents acteurs de la société civile, des départements ministériels et des partenaires. Qui ont abouti à une vision claire et holistique des différents défis impactant le développement de la société civile. Par ailleurs, il a souligné que la stratégie, déclinée en sept axes, fera objet de concertation avec les organisations de la société civile les prochaines semaines.

Fatimata DEH

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img