Un accord de financement entre la Mauritanie et la BID

MADAR/Nouakchott/Le 22-10-2023

Ce samedi dans la capitale un accord d’appui à l’enseignement supérieurs à été signé par le ministre des Finances, et le président du groupe la Banque islamique de Développement (BID). Cet accord, est un prêt profitable d’une valeur de 14 800 000 dinars islamiques, soit l’équivalent de 740 800 000 MRU, est destiné au financement de deux établissements d’enseignement supérieur à savoir : l’École vétérinaire à Néma et l’École supérieure d’agriculture à Kaédi.

A cette occasion, le ministre des Finances a mis en exergue le rôle joue la BIDdans l’accompagnement du développement de la Mauritanie et ce, depuis 1976. Il a ajouté que la BID a financé plusieurs infrastructures de base dans divers domaines ayant positivement impacté la vie du citoyen. Il a noté que le financement des 13 projets  par la BID, s’élève à 267 millions de dollars américains, couvrant les secteurs d’eau, d’énergie, des routes, d’éducation, d’agriculture, de la santé et des services sociaux a expliqué le ministre avant de souligner que la mise en place de ces deux établissements, s’inscrit dans une vision globale et novatrice qui ambitionne de constituer des capacités humaines qualifiées dont les secteurs productifs en ont besoin à travers le renforcement des capacités d’accueil et la déconcentration des établissements de l’enseignement supérieur au niveau national.

Quant au président de la BID, il a indiqué que le projet de création des établissements d’enseignement supérieur au niveau régional, reflète la vision commune de la Banque islamique de Développement et du Gouvernement mauritanien pour renforcer un enseignement inclusif de qualité.  Ceprojet, dit-il, vise à soutenir les efforts du Gouvernement mauritanien dans la facilitation d’accès à un enseignement supérieur diversifié et l’intégration de la décentralisation de ses institutions, soulignant que ces deux établissements bénéficieront des expertises internationales qui seront mises à leur disposition pour encourager le transfert des compétences techniques et scientifiques a-t-il conclut.

La cérémonie de signature a vu la participation d’un certain nombre de cadre dans le département des Finances et du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Par Fatimata Deh

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img