CDHAH: la Mauritanie fait des progrès…… en matière de protection et de promotion des droits de l’homme

CDHAH: la Mauritanie a fait des progrès en matière de protection et de promotion des droits de l’homme.
La récente visite effectuée par le Groupe de travail chargé de la question sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles en Mauritanie a permis de confirmer l’engagement de notre pays à renforcer le dialogue et l’interaction positive avec les mécanismes internationaux de promotion et de protection des droits de l’homme conformément à ses principes constitutionnels et en harmonie avec sa spécificité culturelle et sociale.

C’est ce qu’a affirmé le Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la Société civile dans un communiqué publié, samedi, sanctionnant la visite dudit Groupe.

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’engagement positif de la Mauritanie par rapport aux différents mécanismes internationaux de protection des droits de l’homme, en général, et des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme, en particulier, ajoute le communiqué du CDHAH.

Le séjour du groupe onusien vise, également, incarner l’encouragement du climat d’ouverture et de dialogue constructif avec les différents acteurs, dont les bases ont été posées par Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, depuis son accession au pouvoir, et les progrès remarquables enregistrés dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme.

Le Commissariat a passé en revue, dans ce communiqué, les impressions positives exprimées par le Groupe international sur les différents efforts et les actions entreprises par la Mauritanie pour protéger et promouvoir les droits de l’homme, en général, et permettre aux femmes et aux filles d’accéder à divers domaines, en particulier.

Voici le texte du :

« Notre pays a reçu, du 25 septembre au 6 octobre 2023, une délégation du Groupe de travail des Nations Unies sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles, dirigée par Mme Meskerem Geset Techane, vice-présidente du Groupe.

Cette visite s’inscrit dans le cadre de l’engagement positif de notre pays vis-à-vis des différents mécanismes internationaux de protection des droits de l’homme en général et des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme en particulier.

Il s’agit, également, d’un attachement au climat d’ouverture et de dialogue constructif avec les différents acteurs, dont les bases ont été posées par Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, depuis son accession au pouvoir, et qui a abouti à des progrès remarquables dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’homme.

La délégation d’experts internationaux a rencontré, au cours de son séjour dans notre pays, les ministres de la Justice, des Affaires étrangères et de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Famille, le Commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, ainsi qu’un certain nombre de secrétaires généraux.

Elle a rencontré, également, les autorités judiciaires, représentées par le président de la Cour suprême, le ministère public et certains présidents de tribunaux, en plus des représentants des institutions nationales des droits de l’homme et des organisations de la société civile.

La délégation des Nations Unies a effectué aussi des visites sur le terrain à Bassiknou et à Nouamghar, au cours desquelles elle a tenu des réunions avec les autorités administratives et judiciaires ainsi que les organisations de la société civile locale.

La délégation d’experts internationaux a pu constater de près les grands progrès réalisés par notre pays dans le domaine de la promotion et de la protection des droits des femmes et des filles, comme elle l’a indiqué dans le communiqué final de la visite et l’a réaffirmé lors de la conférence de presse tenue à hier vendredi 6 octobre 2023,à l’Hôtel Azalai.

La présidente de la délégation a saisi cette opportunité pour saluer l’atmosphère d’ouverture et de commodité qui a caractérisé toutes ses rencontres avec les responsables gouvernementaux, louant les efforts déployés par notre pays pour protéger les droits des femmes et les filles.

Elle a, aussi, apprécié l’engagement ferme du gouvernement dans le cadre de la coopération avec les mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies, mettant en exergue, le rôle du Commissariat aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile dans la coordination des relations avec les mécanismes internationaux des droits de l’homme et l’intérêt accordé au suivi des efforts déployés.

La délégation onusienne a salué, dans le même contexte, les efforts consentis par le gouvernement pour améliorer le cadre juridique et institutionnel, en inscrivant la lutte contre les discriminations dans la Constitution, en adoptant la loi 2018-023 criminalisant la discrimination, la stratégie nationale d’institutionnalisation du genre et en créant l’Observatoire national des droits des femmes et des filles et les cellules genre au niveau de tous les secteurs gouvernementaux.

La délégation a loué, ensuite, les initiatives en cours liées à la résolution de la question fondamentale de l’enregistrement des naissances, saluant les efforts déployés dans le contexte du mariage des enfants et l’excision, l’adoption de la loi de 2006 attribuant 20 sièges aux femmes sur la liste nationale des candidats aux élections législatives et se félicitant du fait que les récentes élections aient abouti au pourcentage le plus élevé de femmes.

Dans le domaine de l’accès des femmes à l’emploi et à l’entrepreneuriat, les experts ont salué la révision continue par le gouvernement de la loi sur l’emploi public afin de mieux répondre aux normes internationales, en plus de la satisfaction des besoins pratiques y compris l’égalité des droits à la sécurité sociale et les dispositions relatives au congé de maternité.

La délégation a reconnu aussi les avancées enregistrées par notre pays pour offrir une formation professionnelle aux femmes en créant des centres de formation en couture, coiffure, production de savon, services de secrétariat et entretien du matériel médical.

Dans le domaine de l’éducation, les experts estiment que notre pays avait pris des mesures remarquables pour améliorer les opportunités offertes aux femmes et aux filles afin de bénéficier des opportunités éducatives, notamment en offrant une éducation gratuite à tous les niveaux, en révisant les programmes et en accordant la priorité aux filles dans l’attribution des bourses.

Dans le domaine sanitaire, la délégation a salué les mesures prises par l’État pour permettant aux femmes de mieux jouir des services de santé sexuelle et reproductive et lutter contre la mortalité maternelle, notamment l’adoption de la loi n°025-2017 relative à la santé reproductive et de la Stratégie nationale de santé reproductive et de l’augmentation du nombre d’unités sanitaires mobiles assurant les soins prénatals, ainsi que la formation des sages-femmes.

La délégation a noté avec satisfaction l’attention croissante portée par le gouvernement à la question des violences basées sur le genre et l’adoption de sa stratégie nationale d’élimination des violences à l’égard des femmes et des filles en 2019

A ce propos, elle a salué les récentes concertations menées dans le cadre du projet de loi sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles, à laquelle avaient participé des chefs religieux, des parlementaires et des organisations de la société civile et d’autres parties prenantes concernées.

Le groupe d’experts a noté d’autre part l’existence de certains défis importants et formulé des recommandations pour les relever, qui seront soigneusement examinées par le gouvernement.

Les experts ont recommandé, en particulier, d’œuvrer à accroître la représentation des femmes aux postes électoraux et dans les centres de décision et leur accès au secteur de la justice, de soutenir les associations travaillant dans le domaine de la protection des femmes, de renforcer leur participation à la politique et à l’élaboration des lois.

Cette visite a permis de confirmer l’engagement de notre pays à renforcer le dialogue et l’interaction positive avec les mécanismes internationaux de promotion et de protection des droits de l’homme conformément à leurs principes constitutionnels et en harmonie avec leur spécificité culturelle et sociale.

En conclusion, nous sommes heureux, au CDHAH, d‘exprimer nos sincères remerciements et notre gratitude à tous ceux qui ont contribué au succès de cette visite.

Nos remerciements vont notamment aux représentants des secteurs qui ont été chargés de cette mission ainsi qu’au Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme pour la coordination et l’accompagnement de la délégation en visite tout au long du séjour.

Nouakchott, le 7 octobre 2023.

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img