Hommage au Professeur Cheikh Saad Bouh KAMARA : un monument des droits humains en Mauritanie

MADAR/Nouakchott/Le 22-12-2023

Le Professeur Cheikh Saad Bouh KAMARA nous a quitté le 30 décembre 2019. Il a vécu toute sa vie durant sans connaitre les honneurs des pouvoirs publics car il remuait des questions sociales qui dérangent telles que les pratiques esclavagistes, les violations des droits de la femme et la non application du principe républicain de l’égalité des citoyens.

Il a attiré l’attention de nombreux intellectuels mauritaniens sur la nécessité d’instaurer des ponts et des passerelles de collaboration avec les acteurs de la société civile.

Mieux, que les intellectuels bien que tenaillés par la quête des nécessités de la vie quotidienne ne doivent pas se taire face aux violations massives des droits de l’homme.

Il croyait profondément à l’égalité des êtres humains. Cette égalité qui est si difficile à intégrer dans l’imaginaire des populations africaines baignant des sociétés stratifiées et hiérarchisées selon la naissance.

Il avait une approche pédagogique extrêmement efficace pour expliquer la fameuse Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Une approche pédagogique centrée sur une observation rigoureuse de la réalité et du vécu quotidien. Esprit ouvert et tolérant, le Professeur KAMARA gardait toujours le sourire et la bonne humeur face à l’adversité.

Enfin, il faisait de l’engagement citoyen un sacerdoce et le respect de la dignité humaine comme le principe régulateur de toutes les stratégies de gestion des affaires de la Cité.

Paix éternelle à ton âme.

—-

Abdoulaye Doro SOW

Enseignant-chercheur en sciences sociales

Président du Comité Scientifique de l’Equipe de Recherches sur les Mutilations Génitales Féminines (ERMGF)

Coordinateur du Centre Interdisciplinaire sur les Droits Culturels (CIDC)

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université de Nouakchott

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img