Clôture de la cérémonie des activités du Programme d’appui à la réforme de la justice à Nouakchott

Madar/Nouakchott/15-11-2023

Les activités du Programme d’appui à la réforme de la justice, ont été clôturé ce mardi à Nouakchott par le ministère de la Justice, en coopération avec la délégation de l’Union européenne en Mauritanie. Ces activités ont été financé par l’Union européenne et mis en œuvre par Experts France.

L’objectif de ce programme est de renforcer le cadre de formation des professionnels de la justice, notamment les juges, les agents de bureau, les avocats, les notaires et les exécuteurs testamentaires, ainsi que l’appui institutionnel à la direction générale chargée de la gestion et de la réinsertion pénitentiaires et de l’humanisation des conditions de détention.

Le ministre de la Justice, a indiqué dans une allocution à cette occasion, que la réforme de la justice était l’une des principales priorités du gouvernement, dans le programme électoral ‘’TAAHOUDATI’’. Le ministre a ajouté qu’en tant qu incarnation de cet intérêt et de ces nobles tendances, le gouvernement, s’est employé à faire de la justice l’une des priorités des priorités à travers des réformes juridiques renforçant son indépendance et ses infrastructures de base. Avant de souligner que le secteur bénéficie, dans le cadre de ce projet de deux composantes principales : la première porte sur la formation et le renforcement des capacités des ressources humaines, y compris les juges et les agents judiciaires ; la deuxième composante porte sur l’amélioration des conditions de détention et l’humanisation de l’espace des établissements pénitentiaires.

A noter qu’à travers ce programme, le Président de la République avait affirmé être : « conscient du rôle important que joue la justice dans la consolidation de l’édification de l’Etat et le renforcement de la démocratie. Et il avait assuré son indépendance effective en renforçant les compétences professionnelles des juges et des agents judiciaires et en améliorant leurs conditions matérielles’’ avait-il cité.

Pour sa part, le directeur général du département des prisons et de la réinsertion, a indiqué que ce projet a permis d’appuyer la restructuration et l’organisation de la Direction des Affaires Pénales et de l’Administration Pénitentiaire. Ce qui doit aboutir à la création de la Direction Générale de l’Administration Pénitentiaire et de la Réinsertion, à l’activation fonctionnelle de la nouvelle structure organisationnelle de la Direction Générale. Mais aussi à la définition des tâches et responsabilités aux niveaux central, régional et de base.

De son côté, la représentante d’Expertise France, a salué la coopération constructive entre le ministère de la Justice et son instance, ce qui a permis le développement des infrastructures pénitentiaires et l’amélioration de l’Etat de droit à travers la promotion et le renforcement de la gouvernance judiciaire et de la protection des droits de l’Homme à travers le Programme d’appui à la réforme de la justice financé par l’Union européenne.

Cette cérémonie a vu la participation du commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, du président de la Cour suprême, du procureur près la Cour suprême, de l’ambassadeur chef de la délégation de l’Union européenne, du président de la Commission nationale des droits de l’homme, du Chef du mécanisme national pour la prévention de la torture, du Chef d’état-major de la Garde nationale et d’un représentant de l’Ordre national des avocats.

Fatimata DEH

LES PLUS LUS

- Contenu sponsorisé -spot_img